La maltraitance des enfants

Selon l’OMS (organisation mondiale de la santé) la maltraitance se définit comme une violence caractérisée par tout acte ou omission (crime) commis par une personne s’il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique, à sa liberté ou compromet gravement le développement de sa personnalité et nuit à sa sécurité financière. La maltraitance touche tous les milieux sociaux. Les personnes le plus touchées sont les enfants , les personnes âgées, les personnes porteuses d’un handicap et les malade psychiatrique. Nous allons observer la maltraitance sur les enfants.
Nous pouvons constater trois formes de maltraitances :

La maltraitance est tout simplement une violence, elle peut être physique, sexuelle ou psychologique.

Les violences physiques :
Les violences physique sont visible à l’œil nu contrairement aux autres violences.
Elles sont donc plus repérable, plus mesurables, plus facile à identifier.
La maltraitance physique se reconnait par les traces qu’elle laisse sur le corps de l’enfant : hématomes (bleuS), brûlures, fractures ect….
Malgré toutes ces traces l’enfant va tenter de les dissimuler car il ne supporte pas que l’on puisse voir son corps meurtri. De plus l’enfant n’a pas le courage de montrer du doigt l’auteur de ces violences surtout quand c’est ses parents.

Les violences sexuelles :
Ce type de violence est aussi appelé de la « haute criminalité » ; l’adulte profite de sa position de toute-puissance pour imposer à l’enfant un autre langage, son discours, sa domination en matière sexuelle. Il exerce alors un abus d’autorité. Aujourd’hui, c’est sur internet que se développe ce type de criminalité.

Les violences psychologiques :
Les agressions verbales, les dévastations systématiques, les humiliations concernant leur niveau scolaire, leur apparence physique, leurs capacités intellectuelles, leur vie privée, en résumé tout ce qui remet en cause leur intégrité font partie des violences psychologiques.


Vidéo de la dernière campagne contre les violences éducatives

La maltraitance dont les enfants sont victime est principalement exercée par une personne de son entourage familier (membre de la famille, éducateur, instituteur, ect…)
Pourtant la loi dit : Pour les professionnels, assistantes sociales, éducateurs, médecins, instituteurs, le principe du secret professionnel est défini par les articles 226-13 et 226-14 du code pénal. Cependant les personnes astreintes au secret professionnel doivent toujours faire part des mauvais traitements à l’égard des mineurs de moins 15. La révélation du secret professionnel dans ce cas est possible. Dans tous les cas toutes les personnes ayant connaissance de l’existence d’un enfant maltraité ou surppose é l’être doit aviser les autorités médicales, judiciaires ou administratives. Ne pas le faire serait tombé sous la coupe de la non assistance à personne en danger (article 443-3)

La voix autorisée

Advertisements

5 réflexions sur “La maltraitance des enfants

  1. Pour la vidéo, c’est juste un appuis de l’association fondation pour l’enfance, qui en ce moment fait une campagne contre les violences éducatives: « Une nouvelle campagne télévisée contre les « violences éducatives ordinaires », réalisée par la Fondation pour l’enfance, veut convaincre que claques et fessées, « loin d’être des gestes anodins » peuvent avoir des conséquences néfastes sur les enfants. »
    pour en savoir plus voici le lien:
    http://www.sudouest.fr/2013/06/18/education-la-fondation-pour-l-enfance-lance-une-campagne-contre-la-gifle-1089128-4693.php

  2. merci de votre réaction et de votre question;
    mon article parle de la maltraitance en général et plus précisément des enfants que l’on doit dénoncer, parce que la maltraitance concerne aussi les personnes âgées et les personnes porteur d’un handicap. Si nous dénonçons cela c’est bien parce qu’il y a des conséquences réelles. En effet la maltraitance infantile touche parfois à vie la santé physique et mentale de ceux qui en sont victimes. le but de cette article est de condamner l’acte, c’est à dire la violence sexuelle, physique et psychologique.

  3. Mais un parent donnant une gifle un jour ne fait pas un parent maltraitant et c’est malheureusement la déviance que je vois dans cette campagne (en tout cas, dans cette vidéo car je n’ai vu que cette vidéo de la campagne)…et la question était posée pour susciter le débat, à tous les lecteurs.

  4. Bonjour, la maltraitance est certes un acte inadmissible, qu’elle soit physique, psychologique ou sexuelle, tout ça est bien dramatique.
    Mais je vais m’arrêter à la vidéo, qu’en pensez-vous? Moi, personnellement, elle m’a un peu mise hors de moi car si, certes, de la gifle à la maltraitance, il n’y a parfois qu’un pas, il est souvent un pas de géant.
    Qui n’a en effet jamais reçu de calotte ou de fessée de sa vie? En avons-nous été traumatisés? Ne l’avons-nous pas parfois mérités? Sans bien sur tomber dans la maltraitance, je pense que ce genre de campagne culpabilise les parents qui ne font qu’éduquer leurs enfants. Car éduquer, ce n’est pas rester laxiste, c’est aussi punir, se fâcher pour présenter règles et valeurs à l’enfant afin qu’il soit le mieux armer dans la cruelle vie qui les attend.
    Quel est votre avis?

    • J’ai posté cette vidéo sur l’article pour susciter des réactions et bien sur ça a marché.
      En tant qu’administratrice je n’estime pas avoir mon mot à donner. Comme vous me le demandez : je crois que l’éducation, l’imposition de regles, la punition et le fait de se facher ne s’accompagne pas forcément de gifle ou fessée pour être efficace.

Les commentaires sont fermés.