Des jeunes de la Mission Locale d’Orléans en Tanzanie

carte_tanzanie_g

Chemins Croisés est un projet mené par le centre des jeunes dirigeants d’Orléans et ma Mission Locale de l’Orléanais.
Son objectif est de rapprocher les jeunes et le monde de l’entreprise, des mondes qui se connaissent mal.

C’est dans cet objectif de rencontre que 20 keunes et 20 dirigeants tous volontaires se sont engagés dans ce projet en trois temps.
– des ateliers danse hip hop, percussions, slam et théatre pour favoriser les échanges entre jeunes et patrons,
– une mission de solidarité internationale de 15 jours dans un village Massaï de Tanzanie
– une soirée de gala à Chécy

Les ateliers ont commencé et la préparation du voyage dure depuis quelques mois.
Leur départ en Tanzanie a eu lieu hier, jeudi 27 février !

Pour suivre leurs aventures tant pendant leur voyage humanitaire que les ateliers et la date du gala, rendez vous sur leur blog :

http://www.cheminscroises2014.fr

L’heure d’un deuxième bilan : 2013 en révision !

Le mois de Janvier est toujours l’occasion de faire un bilan de l’année précédente.
En utilisant la plateforme Wordpress pour le blog on bénéficie donc du bilan réalié par le site. C’est tres imagé et tres intéressant et ça donne envie de continuer.

En voici un extrait :

Un métro New-Yorkais contient 1.200 personnes. Ce blog a été visité 4  300 fois en 2013. S’il était un métro New-Yorkais, il faudrait faire 4 voyages pour les déplacer tous.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Le bilan de 2012 est visible ICI !

Rosa au Centre Choregraphique National d’Orléans

 

Le vendredi 14 mai, avec Culture du Cœur et la Mission Locale, 4 jeunes ont assisté à une visite du Centre Chorégraphique National d’Orléans (CCNO), suivie d’une répétition publique de « ROSA » de Nina Dipla. La danseuse, d’origine grecque et qui était dans la compagnie de Pina Bausch, fait cette répétition après plusieurs semaines de résidence au Centre Chorégraphique National.

 Pour les 4 jeunes présents, cette sortie était une initiation car bien qu’intéressés par la danse aucun d’entre eux n’avait assisté à une représentation  « en direct ».
Nous nous sommes donc retrouvés avant la sortie pour nous présenter et échanger sur leurs attentes au sujet de la danse contemporaine. Nous avons aussi pu nous pencher, à partir de recherches sur internet, sur le travail de Nina Dipla puis nous nous sommes  rendus au CCNO. Les centres chorégraphiques nationaux ont été mis en place pour promouvoir la danse en région par la création et la diffusion.  A Orléans il est dirigé par Josef Nadj depuis 1995.

Au CCNO nous avons été accueillis par une équipe très dynamique qui nous a permis de découvrir les lieux et d’en apprendre plus sur le Centre Chorégraphique d’ Orléans. Nous avons dans un premier temps visité la scène où ont lieu les représentations en passant notamment par les coulisses. Les jeunes ont apprécié cette visite assez ludique.

La jeune femme qui nous a fait visiter nous a alors informés sur les personnes qui travaillent dans ce lieu. Pour la technique il s’agit des régisseurs son, lumière et régisseur général. Pour le volet artistique il s’agit du chorégraphe, du scénographe et des danseurs. D’autres personnes peuvent aussi intervenir comme des accessoiristes, décorateurs, compositeurs… Nous avons ensuite visité les ateliers du CCNO qui permettent de réaliser les décors des différents spectacles.

Avant d’assister à la répétition publique de Nina Dipla nous avons visionné une série d’extraits de représentations de danse  contemporaine de différents chorégraphes dont Josef Nadj. Chaque extrait était suivi d’un moment d’échange entre les jeunes, les conseillers et notre « guide », et particulièrement celui de Josef Nadj  auquel notre guide a ajouté des précisions biographiques. Ces échanges nous ont permis d’avoir des clés de compréhension pour la représentation qui a suivi. Les jeunes ont particulièrement apprécié cette visite et les échanges. Ils ont pu découvrir la danse, le lieu (accessible au public) et connaitre l’histoire de Josef Nadj.

Rosa, la création que nous a présentée Nina Dipla est un solo de danse sur l’image de la femme et sur la position qui est attendue d’elle par la société, par les hommes mais aussi par elle-même. Une des jeunes a trouvé cette présentation des différentes facettes de la femme dans la société très touchante. Ce solo était dansé sur une musique méditerranéenne. La représentation était bâtie sur un paradoxe entre une personnalité sensuelle et superficielle affichée et une autre très brute et naturelle issue de ses contradictions. Dans ce deuxième temps les émotions étaient extrêmes et le corps a été malmené jusqu’à ce qu’une sensation d’apaisement ressorte de tout cela.

 La danseuse n’a par ailleurs pas hésité à utiliser des accessoires, à crier et à inviter un jeune homme du public  à danser, rendant la chorégraphie théâtrale.
Toute l’histoire n’est pas écrite : nous avons tous pu l’interpréter à notre manière et percevoir un message différent selon les émotions suscitées par la danseuse.

photoA la fin de la représentation Nina Dipla est restée pour expliquer comment était née son envie de créer « Rosa ». Elle a pu répondre aux questions du public et apporter des précisions sur l’objectif de sa représentation qui reste encore inachevée.

Un jeune présent a été agréablement surpris par la gentillesse de la danseuse (à laquelle il a demandé une photo) par contre il s’attendait à ce qu’il y ait plusieurs danseurs et des musiciens sur scène et non une bande son.

Les 4 jeunes présents (et les conseillères !) ont tous étés enchantés par cette sortie grâce à l’accueil chaleureux du CCNO et à la représentation de « Rosa » aussi surprenante qu’intéressante pour les novices de la danse contemporaine de la MLO.

.CentrOjeunes.

Centrojeunes est sur Facebook !

facebook_logo-300x300Un peu plus d’un an après sa mise en ligne, le blog CentrOjeunes dispose maintenant d’une page Facebook !

La création de cette page relève d’une demande des jeunes qui contribuent au blog. Elle en sera le relais, un moyen d’en faire de la publicité.
La page Facebook ne se substituera jamais au blog, réelle tribune pour les articles des jeunes de la Mission Locale.

Allez donc « liker » lapage Facebook de Centrojeunes en cliquant ICI !

Vous pourrez suivre les actualités, les sorties des jeunes et les nouveaux articles du blog.

.CentrOjeunes.

Du changement sur CentrOjeunes

Voilà quelques semaines que j’ai pris le relais d’administration du blog.Une nouvelle gestion est synonyme d’évolution !

Suite à des entretiens avec les jeunes collaborant au blog, nous avons décidé de faire évoluer les profils de présentation, pour qu’ils ne soient pas essentiellement relatifs à la formation et au travail.

CentrOjeunes est un blog dont le contenu est produit par des moins de 25 ans, il est un reflet de la jeunesse.
Il est important d’échanger sur ce que les jeunes aiment, sur ce qui les intéresse et les stimule.

Attendez-vous donc à de nouveaux profils dans les jours et semaines à venir !

.CentrOjeunes.

BATTLE « GEORGE DANDIN vs MONSIEUR DE LA DANDINIERE »

La Mission Locale de L’Orléanais est partenaire de l’association Cultures du Coeur, dont l’objet est l’accès à la culture, aux sports et aux loisirs. Cultures du Coeur permet notamment à des jeunes de la Mission Locale d’assister à des manifestations sportives, des séances de cinema ou des représentation de spéctacle vivant. Voici le récit d’une sortie au théâtre et quelques critiques de la représentation faites par les jeunes en atelier.

P1010270

Avec Cultures du Cœur, 7 jeunes ont pu assister pour la quasi-totalité d’entre eux pour la 1ère fois à une représentation théâtrale d’un classique revisité de Molière. La  majorité d’entre eux a été emballée, d’autres ont une impression plus mitigée, une jeune n’a pas apprécié car elle n’a pas réussi à entrer dans l’histoire.
Puis avec Manon, écrivain public, les jeunes se sont essayés au jeu de la critique.

P1010299

Dans le but d’élever sa condition sociale, George Dandin, riche paysan, épouse Angélique, fille d’une famille aristocrate désargentée. Mais celle-ci méprise l’éducation paysanne de son mari et se laisse courtiser par le jeune Clitandre.

Cette satire sociale écrite par Molière pour se moquer des vanités humaines est reprise par François Rodinson qui la transpose à notre époque sur un plateau de télévision. Toujours d’actualité, elle critique notre société et les illusions alimentées par la télévision. Elle dénonce les procédés télévisuels : infantilisation, sexisme, exaltation du pouvoir et de l’argent.

Le metteur en scène a gardé pour sa pièce la même intrigue que Molière, ainsi que les personnages, caricatures de comportements actuels. Des parenthèses musicales et chantées marquent les temps forts de l’histoire. 

La pièce a duré plus de 2h et a laissé des impressions contrastées au sein de notre groupe.

Lire la suite