L’euthanasie, un sujet d’actualité

Définition : Mort donnée pour apaiser les souffrances d’un malade incurable.

carte-euthanasie

Aujourd’hui en France l’euthanasie reste toujours un sujet tabou qui fait débat. En 2005 une loi fut voté à l’initiative de Monsieur Leonetti : le texte a pour objet d’éviter les pratiques d’euthanasie et d’empêcher également l’acharnement thérapeuthique (qualifié d’« obstination déraisonnable » dans le traitement des malades en fin de vie). Il permet ainsi au patient de demander, dans un cadre défini, l’arrêt d’un traitement médical trop lourd1. Cette volonté peut notamment être exprimée par le biais de directives anticipées ou par le recours à une personne de confiance. Dans le même temps, cette loi propose de développer les soins palliatifs donnés aux patients en fin de vie, afin de prendre en compte leurs souffrances.

Une distinction nette est ainsi tracée entre le traitement médical, qui peut être interrompu s’il est jugé disproportionné par rapport à l’amélioration attendue,et les soins dont la poursuite est considérée essentielle pour préserver la  dignité du patient.

En 2012 pendant les élections François Hollande s’était engagé à améliorer la loi Loi Léonotti son texte permettra a un majeur atteint d’une maladie incurable de demander une assistance médicalisée pour términer sa vie dans la dignité sans pour autant  parler du suicide assisté.

Vincent Lambert a relancé le debat, cet homme est devenu  tétraplégique en état de conscience minimale après un grave accident de moto en 2008.

Hospitalisé au CHU de Reims pendant déjà 5 ans, avec un traitement de nutrition et d’hydratation artificielle ; Le corps médical avait pris la décision d’arreter le traitement puisqu’ils avaient perdu le lien de rélation avec le pâtient qui ne ne faisait que souffrir, Ainsi que la femme de celui ci qui réclame une euthanasie passive. Au contraire l’autre partie de la famille ( parents, sœur, demi-frère…) démande le maintien du traitement . Le jeudi 16 janvier, le tribunal de Reims a suspendu la décision d’interompre le traitement puisque les juristes ont éstimé que les volontés de Vincent ne seront pas respectées.

Nous pouvons voir  ici que l’euthanasie reste toujours un sujet complexe et embigu, puique ça fait appel à la bioéthique. De plus la loi Leonetti n’a pas résolu le problème encore une fois.

Une question se pose, faut-il toujours attendre des cas médiatisé pour parler de l’amelioration de la loi Leonetti ?

 

La voix autorisée

Publicités

Handicap

Aujourd’hui le terme handicap est utilisé très largement et dans tous les domaines, pour indiquer un désavantage, économique, social, physique.

Définition

L’Organisation Mondiale de la santé le définit ainsi :
« Est handicapé un sujet dont l’intégrité physique ou mentale est temporairement ou définitivement diminué de sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l’école ou à trouver un emploi s’en trouve comprises ».

Dépuis la loi de février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, on  integre la notion d’environnement dans la définition :
« Constitue un handicap (…) toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société… »
En effet le handicap est crée par l’environnement. Et la situation de handicap dépend de la réponse de cet environnement aux besoins  de la personne.
Nous pouvons alors parler d’une impossibilité de tenir les rôles sociaux. C’est-à-dire être empêché dans sa vie de tous les jours.

Le handicap ce n'est pas seulement être en fauteuil...

Le handicap ce n’est pas seulement être en fauteuil…

Intégration

L’évaluation du handicap se fait en termes de déficience (manque), d’incapacité et de désavantage. Selon l’INSEE , 26.4% de la population souffre de limitation d’activité ou de handicap
Il ya une forte augmentation des handicapé lourds.Les causes sont premièrement  l’augmentation de l’ésperance de vie ainsi que plus de chronicité des maladies.

Ensuite l’image négative du handicapé de la société qui crée un sentiment d’inutilité, à cause de l’infantilisation et de la souffrance. La personne porteur d’un handicap peut adopter un comportement de fuite, d’intolérance de solitude excéssive.

Enfin il y a  les difficultés d’intégration malgré de nombreuses lois et chartres  

Differents types de handicaps et chiffres

Handicaps moteurs : plus de 2 millions, 25000 paraplégique et tétraplégique ; 45% en fauteil roulant ; 50% dépendant pour les actes essentiel de la vie courante .

Handicaps sensoriels et relationnels : 1.6 millions de déficients visuels ; 800 000 défients auditifs lourds.

Handicaps mentaux : déficients mentale définie par le Q.I. (âge mental/âge réel) ; 500000 trisomies 21.  Et puis les poly handicaps

La voix autorisée

Ps : On note que la journée mondiale du handicap c’est le 9 octobre

Plan national de lutte contre les addictions centré sur les jeunes

En France les jeunes sont les plus touchés par les drogues et les conduites addictives.
D’après le quotidien Métronews, près de 10% des jeunes de 18-25 ans seraient des consommateurs réguliers de cannabis . A partir de 17 ans, 41% des jeunes ont déjà expérimenté le cannabis, 60%ont déjà été ivres et 31,5 fument quotidiennement. D’après ces chiffres nous pouvons voir que les consommateurs sont de plus en plus jeunes.

source reussrmavie.netOr selon les scientifiques, plus on démarre jeune ce type de consommation, plus le risque de devenir dépendant est grand. Si nous prenons par exemple l’alcool, les risques auxquels les jeunes s’exposent sont une diminution du contrôle de soi, une altération des reflexes, et de la vigilance, une perturbation de la vision, une mauvaise coordination des mouvements, somnolence etc. Ces troubles peuvent conduire à des accidents de la route ou accidents domestique, à des violences, à des rapports sexuels non voulus ou non protégés ou encore s’il y a une ingestion de doses très élevée cela peut conduire au coma éthylique.

Pour limiter tous ces risques de dommages sanitaires et sociaux, un plan de lutte contre les addictions centré sur les jeunes a été présenté par le gouvernement, pour 5 ans. Le but de ce plan est de retarder voire empêcher les consommations addictives des jeunes. Pour cela le gouvernement propose de renforcer la qualité et l’efficacité des campagnes de prévention envers les jeunes, de développer le soutien aux parents par la mise en place d’un service grand public et de lutter contre les trafiquants en intensifiant la surveillance sur internet par voie maritimes et de renforcer la coopération européenne.

La voix autorisée

La maltraitance des enfants

Selon l’OMS (organisation mondiale de la santé) la maltraitance se définit comme une violence caractérisée par tout acte ou omission (crime) commis par une personne s’il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique, à sa liberté ou compromet gravement le développement de sa personnalité et nuit à sa sécurité financière. La maltraitance touche tous les milieux sociaux. Les personnes le plus touchées sont les enfants , les personnes âgées, les personnes porteuses d’un handicap et les malade psychiatrique. Nous allons observer la maltraitance sur les enfants.
Nous pouvons constater trois formes de maltraitances :

La maltraitance est tout simplement une violence, elle peut être physique, sexuelle ou psychologique.

Les violences physiques :
Les violences physique sont visible à l’œil nu contrairement aux autres violences.
Elles sont donc plus repérable, plus mesurables, plus facile à identifier.
La maltraitance physique se reconnait par les traces qu’elle laisse sur le corps de l’enfant : hématomes (bleuS), brûlures, fractures ect….
Malgré toutes ces traces l’enfant va tenter de les dissimuler car il ne supporte pas que l’on puisse voir son corps meurtri. De plus l’enfant n’a pas le courage de montrer du doigt l’auteur de ces violences surtout quand c’est ses parents.

Les violences sexuelles :
Ce type de violence est aussi appelé de la « haute criminalité » ; l’adulte profite de sa position de toute-puissance pour imposer à l’enfant un autre langage, son discours, sa domination en matière sexuelle. Il exerce alors un abus d’autorité. Aujourd’hui, c’est sur internet que se développe ce type de criminalité.

Les violences psychologiques :
Les agressions verbales, les dévastations systématiques, les humiliations concernant leur niveau scolaire, leur apparence physique, leurs capacités intellectuelles, leur vie privée, en résumé tout ce qui remet en cause leur intégrité font partie des violences psychologiques.


Vidéo de la dernière campagne contre les violences éducatives

La maltraitance dont les enfants sont victime est principalement exercée par une personne de son entourage familier (membre de la famille, éducateur, instituteur, ect…)
Pourtant la loi dit : Pour les professionnels, assistantes sociales, éducateurs, médecins, instituteurs, le principe du secret professionnel est défini par les articles 226-13 et 226-14 du code pénal. Cependant les personnes astreintes au secret professionnel doivent toujours faire part des mauvais traitements à l’égard des mineurs de moins 15. La révélation du secret professionnel dans ce cas est possible. Dans tous les cas toutes les personnes ayant connaissance de l’existence d’un enfant maltraité ou surppose é l’être doit aviser les autorités médicales, judiciaires ou administratives. Ne pas le faire serait tombé sous la coupe de la non assistance à personne en danger (article 443-3)

La voix autorisée

C’est quoi une IST ?

Une IST (Infection Sexuellement Transmissible) appelé aussi maladie sexuellement transmissible, c’est une maladie qui se transmet par des relations sexuelles avec une ou des personne(s) déjà contaminée(s), qu’il y ait ou non pénétration.
Les IST peuvent être dues à différents microbes : bactéries, virus, parasites, champignons.

Certaines IST sont connues comme le VIH(SIDA), les hépatites B et C, l’herpès, la blennorragie, les papillomavirus, la syphilis…D’autres de ces IST ne sont pas transmissible que par relations sexuelles ; c’est le cas du VIH(SIDA)  et des hépatites qui peuvent se transmettre par le sang.

1/ Symptômes

Les symptômes des IST sont souvent très discrets voire inexistants.

Après une relation sexuelle il est important des consulter un médecin lorsque certains signes apparaissent : écoulements, pertes vaginales importantes ou malodorantes, démangeaisons, sensation de brûlures en urinant, boutons, lésions ou ulcérations sur le sexe ou sur d’autres muqueuses (bouche, anus…) « blessure », douleurs au bas ventre, saignements ou autres manifestations inhabituelles. Ces signes peuvent parfois vous paraître anodins mais il essentiel de les prendre sérieux car une IST non traitée peut avoir des conséquences graves (stérilité, cancers…).

Il faut savoir que la plupart des IST se traitent très bien en quelques jours voire en semaines lorsqu’elles sont dépistées à temps. Avoir une IST augmente les risques de contamination par le VIH car les IST peuvent fragiliser les muqueuses et les rendre plus imperméable au VIH. De plus, toute plaie au niveau des organes génitaux favorise la contamination avec le VIH.

Campagne de Lutte contre le Sida : Aides

Campagne de Lutte contre le Sida : Aides

2/Dépistage :

Selon les IST, différents types d’examens peuvent permettre le diagnostic :

1         examen clinique des organes génitaux

2         prélèvement local ou cultures

3         prise de sang

Il est possible de se rendre dans des centres de diagnostic et de traitement des IST où les consultation sont gratuites. Il est également possible de consulter son médecin traitant et le gynécologue pour les femmes.

3/ Pour se protéger :

Utilisation du préservatif masculin ou féminin lors des relations sexuelles
Information du partenaire en cas de contamination par une IST afin qu’il consulte et qu’il se protège.

 

La Voix Autorisée

L’Interruption Volontaire de Grossesse

Définition

L’IVG est par définition un avortement

L’avortement est l’expulsion du fœtus, il  peut être spontané (fausse couche), thérapeutique (Interruption Médicale de Grossesse), ou provoqué(IVG)

La loi Veil autorise l’IVG en 1975

L’IVG est pratiqué à la demande de la femme qui vit une situation de détresse et qui ne désire pas garder l’enfant. Elle permet  à la femme de mettre fin à la grossesse sans l’autorisation de son partenaire, et de contrôler sa fertilité.

La procédure

Les formalités à respecter précisément :

L’IVG doit avoir lieu avant la 12eme semaine de grossesse ou avant la 14eme semaine d’aménorrhée (absence de règle)

L’IVG doit être pratiquée par un médecin, aura lieu  dans un établissement agréé.

Il faut faire une première visite médicale afin que la grossesse soit confirmée, puis le médecin informe sur les méthodes, les risques possibles, les effets secondaires. Le médecin remet un guide avec la liste des adresses du planning familial et des établissements pratiquant l’IVG …

Puis une date d’intervention est proposée et un entretien social sera disponible pour celles qui le souhaitent.

Quant aux mineures  quel que soit son âge, la jeune fille doit suivre la procédure régie par la loi. Elle est obligatoirement conviée a l’entretien social et  il lui sera remis une attestation de consultation.

La mineure rencontre de nouveau le médecin : Elle présente son consentement par écrit et l’autorisation d’un représentant légal (si accord avec les parents), sans autorisation parentale (si difficulté familiale importante), son consentement écrit en tête à tête avec le médecin suffit.

Elle doit se faire accompagner par une personne majeure de son choix qui aura un rôle d’accompagnement et de soutien. Il ne peut y avoir de responsabilité civile ou pénale engagée à son encontre.

Il ya aussi une prise en charge psychologique

Il doit être instauré un réel climat de confiance entre l’équipe hospitalière et la femme avant et après l’intervention. Aucun jugement de valeur ne peut  être admis.

La Voix Autorisée

Le mariage pour tous, il faut en parler

Pendant la campagne présidentielle, François Hollande s’est engagé pendant son mandat à légaliser le mariage homosexuel. Pourtant en France ce sujet fait encore débat
Une question se pose :Le mariage homosexuel doit-il enfin être légalisé en France ?
En premier lieu il serait intéressant de voir l’évolution des pensées à ce sujet au fil du temps.
Puis en second lieu, les enjeux des mariages pour tous.

Avant le XX° siècle l’homosexualité était considérée comme un crime et une maladie mentale. Au fil du temps les couples homosexuels sont de plus en plus acceptés par la société.

En 1990, l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) supprime l’homosexualité de la liste des maladies mentales.

Depuis ce temps, on constate plus de 14 pays qui ont autorisé les couples homosexuels à se marier. En effet en 2001 les Pays-Bas autorise le mariage pour tous, il y a également  la Belgique en 2003, le Canada en 2005 puis la Suède en 2009 et d’autres pays font partie de cette liste.

Cette volonté de reconnaissance pour les couples homosexuels est appuyée par les valeurs, les droits de liberté et d’égalité. En France la seule reconnaissance est le PACS (Pacte Civil de Solidarité) même s’il y a moins de droits que le mariage.

D’après un sondage pour le magazine Pèlerin les français, restent très majoritairement favorable (60%) au mariage homosexuel.

Nous pouvons voir qu’il y a une évolution positive des pensées au sujet de l’homosexualité. Il y a des plus en plus des couples homosexuels qui se manifestent, cela réduit les discrimination dans les établissements publics ou encore au sein de la famille.

Ainsi nous ne pouvons nier une présence importante des homosexuels dans la société française. Il serait raisonnable des les considérer, surtout que nous sommes dans un Etat démocratique et laïc.

Mais pour l’adoption, les français favorables sont minoritaires 46% pour et 54% contre.
De plus il y a très peu d’enfant adoptable : 5000 par an pour 27000 demandes en attente. On a également des pays qui sont hostils aux homosexuels et refuseront certainement leurs dossiers. Certains couples font recours à la PMA (Procréation médicalement assisté) mais cela s’oppose à la législation qui autorise la PMA pour (loi n°2004-800 du 6 août 2004 relative à la bioéthique) « uniquement les couples hétérosexuels mariés ou apportant une preuve de vie commune d’au moins 2 ans ». Au sujet de le PMA le président de la République à fait appel au comité d’éthique qui est composé de philosophes, de médecins, de professeurs… qui réfléchissent sur  les valeurs de l’existence, sur les conditions d’une vie heureuse, sur la notion de « bien » ou sur des questions de mœurs ou de morale.

Le mariage homosexuel n’est pas encore légalisé en France car la jurisprudence dit qu’il est réservé à un homme et une femme de se marier. En France depuis 1999 le PACS a été mis en place pour les couples homosexuels comme pour les hétérosexuels. En revanche le PACS ne permet pas l’adoption, ni un droit de séjour pour le conjoint étranger, ni une pension de réversion au conjoint survivant contrairement au concubinage qui résulte d’aucun contrat, d’aucun acte administratif. La loi ne reconnaît, en matière de concubinage, aucune obligation de fidélité.

Resultat du vote à l'Assemblée Nationale Source LCP

Resultat du vote à l’Assemblée Nationale Source LCP

D’une part certains hommes politiques parlent d’une France en retard, à l’image du maire socialiste du IV° arrondissement de Paris, Christophe Gérard, qui se questionne sur ce retard alors que la France est le pays des Droits de l’Homme.

D’autre part nous pouvons voir la droite et l’extrême droite qui s’opposent à ce projet de loi estimant que cela est contre les valeurs de la famille et aura un effet néfaste sur l’éducation des enfants . Nous avons également des groupes religieux qui s’opposent.  En effet  pour les  musulmans, les chrétiens, les juifs… d’après la réligion l’homosexuelité est un péché qui conduit en enfer. Alors leur revendication est qu’en votant cette loi, la mentalité de leurs futures générations puisse être souillée.

Nous  avons pu observer une forte évolution des mentalités au sujet de l’homosexualité.

Il y a une baisse des discriminations car les couples homosexuels assument de plus en plus leur homosexualité. De plus en France le mariage est autorisé mais pas encore légalisé car c’est un sujet qui fait débat, pour  cause des différents avis et opinions de la population et des politiciens.

Ce projet de lois a été adopté par  l’assemblée nationale, et fera l’objet d’un débat au Sénat à partir du 2 avril. Le projet de lois sera-t-il enfin promulgué ?

 

La voix autorisée