Minou, un groupe qui fait miaouuu !

Minou est un groupe de French Pop qui a été créé le 1er Septembre 2007.

Ce groupe est composé de :

Pierre Simon : Chanteur, guitariste et claviériste.

Sabine Quinet : Chanteuse, bassiste et claviériste.

Charlie Poggie : Batteur.
Ils font aussi partie du groupe Blankass http://blankass.com/

Ils sont originaires de Blois. Ils habitent dans l’Indre (36).Pierre et Sabine étaient ensemble au lycée, où ils s’entrainaient dans la salle de répétition. Il manquait au duo un batteur. Charlie, qui était à l’époque le batteur des Blankass les a rejoint. Ils ont répété dix ans avant de créer leur groupe.

Comme vous pouvez le constater, leur nom de groupe est un peu ridicule. Leur musique par contre elle, est super cool. Ils ont été influencés par plusieurs chanteurs, comme : David Bowie, Damon Albarn, Courtney Taylor et d’autres.

Le type d’écriture du groupe est l’image: Quand ils chantent, c’est comme s’ils décrivaient des cartes postales. Leur musique est une invitation au voyage. Leur premier titre se nomme « Montréal », il est en écoute depuis le 1er Décembre. On peut même le télécharger gratuitement sur leur site officiel : www.minoumusic.com .

Ils ont participé au concours Jeunes Talents de la Caisse d’Épargne cette année. Ils apparaissent dans la Compilation Esprit Musique 2. Ils étaient aussi à l’événement 2000 Emplois, 2000 Sourires, qu’ils ont clôturé avec de belles chansons.  Sympa, non ?   

Yoruichi

Publicités

EVENEMENT 2000 Emplois 2000 Sourires

L’événement 2000 Emplois 2000 Sourires qui a eu lieu le 14 mars 2013 au zénith d’Orléans, avait pour objectif de faciliter le contact entre les jeunes de 16 à 25 ans et les employeurs provenant de la région centre

Le principal enjeu de ce salon était de proposer des emplois, des stages et des contrats d’alternance à tous les profils de jeunes diplômé ou sans diplôme en réunissant un très grand nombre de corps de métiers. Plus de 2500 emplois y été proposé, dans le secteur tertiaire (commerciale, comptable,  chargé d’accueil en banque, téléconseiller, etc…), dans le secteur de la vente (vendeur spécialisé, conseiller vendeur, vendeur en poissonnerie, boulanger, etc…), dans le secteur industriel (technicien de maintenance, conducteur de ligne, ingénieurs, opérateur fabrication, etc…), ainsi que dans les secteurs de la restauration, du bâtiment, et de l’agriculture. Des organismes de formations étaient aussi présents : L’Aftec, l’université d’Orléans,

Le second enjeu était de proposer aux jeunes en difficultés dans leur orientation ou dans leur manière de valoriser leur profils, des ateliers organisés par le Pôle-Emploi, la Mission Locale, et différentes entreprises partenaires. Des conseillers Pôle-Emploi étaient présents sur le stand « Améliore ton CV », des maquilleurs de Sephora aidaient les jeunes à valoriser leur apparence sur le stand « Soigne ton look », etc…. Il y avait aussi un atelier « Speak talk », où des représentants d’entreprises venaient présenter leurs réussites et l’esprit d’entreprendre. 

Enfin, le troisième enjeu fut de lier le « sourire » à « l’emploi », en organisant un salon ludique. Pour la première fois la pré-inscription des jeunes s’est déroulée sur la page Facebook « 2000 Emplois 2000 Sourires », avec la possibilité pour les jeunes de déposer leurs CV, et aussi de participer à un jeu concours permettant de gagner des lots tous les jours. Le jour-j, il y avait aussi des activités ludiques organisées par les partenaires de l’événement, par exemple le Crédit Mutuel a organisé un concert, un jeu de tir au panier de basket, ainsi qu’une rencontre avec les joueurs de l’Entente Orléanaise. 

En tant qu’orienteur le jour du salon, j’ai trouvé l’initiative très intéressante, en général les sourires des jeunes étaient au rendez-vous. Les entreprises présentes dans les stands ont réellement proposé des emplois, et ont organisé de véritables entretiens avec les jeunes. Même si certaines personnes pourront penser que l’événement était politisé, car Mr François Bonneau président de la Région Centre était partenaire de l’événement. Il faut retenir que l’événement aura certainement provoqué un déclic du côté des jeunes car cela insuffle un peu plus de confiance en eux pour intégrer le milieu professionnel. Du coté des employeurs de par leurs contact direct avec la jeunesse de la région sont surement passé outre les stéréotypes du «  jeune fainéant ».

M.L.45