Transposition et développement

Je voudrais parler d’un jeune qui joue à un jeu vidéo.
Il joue à un jeu de guerre, il a des missions qu’il doit effectuer en solitaire et d’autres missions qu’il exerce en équipe.
Il lui faut un certain temps d’adaptation pour comprendre le fonctionnement du jeu, les consignes, quelle touche appuyer pour : se déplacer, se positionner, choisir ses armes, …
En une dizaine d’heures de pratique ce jeune commence à être bon dans ce qu’il fait.

Pour faire court, lors d’une mission d’équipe il devra choisir une carte un lieu, ses armes, ses atouts d’équipements qu’il pourra porter …
Cette carte, il l’a choisie parce qu’il la connait, il sait où il peut être vu, où il peut se cacher …
Il choisit cette arme parce qu’elle possède un fonctionnement spécifique et que cela convient le mieux à la situation. Quand la partie commence il a exactement tant de munitions et d’accessoires avec lui.
Au cours de cette aventure il saura gérer son temps, son équipement et ses actions.

Avec du recul et de l’analyse, il ressort de cette partie de jeu vidéo :
–          La capacité d’adaptation.
–          L’exécution de consignes et de méthodes précises.
–          La prise de connaissance d’un lieu ou d’un domaine (virtuel ou réel)
–          Connaitre ses compétences, ses atouts
–          Gérer son temps, sa gestuelle

Cette méthode partiellement aboutie est certainement applicable pour le chercheur d’emploi, l’employé et dans plein d’autres domaines.
Un exemple parmi d’autres de transposition de compétence.
A nous de remarquer et de développer cela chez nos jeunes « mission locale » et autres.
Je tiens et je communique cette réflexion qui m’a été partagée par des personnes qui œuvrent dans ce sens.

 LeLion

Atelier d’écriture : Allitération en T, Lettre de papa

Le 6 mars a eu lieu un atelier d’écriture auquel ont participé des jeunes déjà rédacteurs du blog. Le but de cet atelier était d’inviter les jeunes à rédiger un texte en jouant avec les mots et d’utiliser pour cela de nouvelles méthodes. Les techniques utilisées étaient celles de l’assonance (répétition d’une ou plusieurs voyelles) et de l’allitération (répétition d’une consonne).
Voici un des resultats de cet exercice : une allitération en T sous la forme d’une lettre d’un père à son fils (les noms et adresses sont fictifs).

 

Thierry Tartelin
33, Avenue Tiretoit
M4C 1T8 Toronto
                                                                                                          Thomas Tartelin
                                                                                                          384, rue Tatord
                                                                                                          34384 Tulle

Fiston,

Je t’envoie cette lettre depuis Toronto, tu le sais ici le temps est souvent triste, mais ne t’inquiète pas, maintenant je suis habitué. J’espère que la lettre te parviendra demain matin et que le facteur de la poste ne tardera pas. Je te transmets à travers cette envoie les avertissements pour ton séjour chez ton tonton et ta tante. Ton tonton t’a dit d’attendre tranquillement le train de ta tata. Tant que tu ne vois pas ta tante ne t’en va pas de ton trottoir ou il sera trop tard. Tata t’embrassera tendrement car elle t’attend depuis trois ans. Ne t’en fait pas si elle de te lâche pas car elle veut être près de toi. Tu iras avec ta tante chez ton tonton pour faire une tartiflette et une tartelette. Et, attention à toi si tu ne l’écoute pas, tonton sera là pour te taper sur les doigts. Ne t’arrête pas de te tenir droit, tonton restera toujours derrière toi, à la moindre tuile il t’aplatira. Tiens-toi tranquille et ne lutte pas, sinon ta tante m’avertira et tu retourneras sous notre toit.

J’attends vite ton retour.

Eclate-toi, ton papa qui t’aime tendrement.    

Thierry Tartelin

M.L.45