Handicap

Aujourd’hui le terme handicap est utilisé très largement et dans tous les domaines, pour indiquer un désavantage, économique, social, physique.

Définition

L’Organisation Mondiale de la santé le définit ainsi :
« Est handicapé un sujet dont l’intégrité physique ou mentale est temporairement ou définitivement diminué de sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l’école ou à trouver un emploi s’en trouve comprises ».

Dépuis la loi de février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, on  integre la notion d’environnement dans la définition :
« Constitue un handicap (…) toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société… »
En effet le handicap est crée par l’environnement. Et la situation de handicap dépend de la réponse de cet environnement aux besoins  de la personne.
Nous pouvons alors parler d’une impossibilité de tenir les rôles sociaux. C’est-à-dire être empêché dans sa vie de tous les jours.

Le handicap ce n'est pas seulement être en fauteuil...

Le handicap ce n’est pas seulement être en fauteuil…

Intégration

L’évaluation du handicap se fait en termes de déficience (manque), d’incapacité et de désavantage. Selon l’INSEE , 26.4% de la population souffre de limitation d’activité ou de handicap
Il ya une forte augmentation des handicapé lourds.Les causes sont premièrement  l’augmentation de l’ésperance de vie ainsi que plus de chronicité des maladies.

Ensuite l’image négative du handicapé de la société qui crée un sentiment d’inutilité, à cause de l’infantilisation et de la souffrance. La personne porteur d’un handicap peut adopter un comportement de fuite, d’intolérance de solitude excéssive.

Enfin il y a  les difficultés d’intégration malgré de nombreuses lois et chartres  

Differents types de handicaps et chiffres

Handicaps moteurs : plus de 2 millions, 25000 paraplégique et tétraplégique ; 45% en fauteil roulant ; 50% dépendant pour les actes essentiel de la vie courante .

Handicaps sensoriels et relationnels : 1.6 millions de déficients visuels ; 800 000 défients auditifs lourds.

Handicaps mentaux : déficients mentale définie par le Q.I. (âge mental/âge réel) ; 500000 trisomies 21.  Et puis les poly handicaps

La voix autorisée

Ps : On note que la journée mondiale du handicap c’est le 9 octobre

Publicités

Sortie au Salon du Livre écrit par les jeunes de l’Argonne.

Le 6 juin trois jeunes de la Mission Locale et une accompagnatrice se sont rendus au Salon du Livre écrit par les jeunes de l’Argonne. Un premier article basé sur le ressenti d’un des jeunes présents  a déjà été publié, voici ci-dessous un article plus détaillé.

Par le biais de la Mission Locale de l’Argonne nous avons visité le Salon du Livre écrit par les jeunes qui s’est déroulé à la Maison de l’animation. Cette année le thème du salon fut « Les Rêves ». Nous sommes  allés dans ce salon le jeudi 6 juin  2013 durant l’après-midi.

Lors de notre arrivée les organisateurs du salon nous ont accueillis, et nous ont présentés une vidéo qui retraçait la préparation des pièces de théâtre des élèves de la 6ème à la 3ème du collège Jean Rostand de l’Argonne. Ensuite nous avons assisté à la représentation théâtrale des jeunes, il s’agissait de différents sketchs d’environ 5 minutes, parmi ces sketchs il y avait notamment la conscience, et le rôti au lapin. Les différentes scènes étaient magnifiquement interprétées par les adolescents qui en ont écrit certains.

Les représentations terminées, les acteurs défilent sous les ovations de leurs camarades collégiens. Nous quatre, représentants de la mission locale, et adultes, avons été accompagnés à travers le salon. Durant notre visite, nous avons vu les stands de lettre par correspondance à l’étranger, les démonstrations des bienfaits de l’informatique dans les bandes dessinées, l’écriture en jeu et le mur des mots ( mur sur lequel les jeunes peuvent accrocher leurs œuvres au regard des passants ) .

 Pour finir notre découverte, nous avons pu discuter avec les adultes responsables de cet événement. Nous y avons découvert un intérêt évident pour la découverte, et un autre encore plus grand pour le partage.

 En y allant, nous pensions voir des adultes jouant pour montrer qu’ils savent jouer, nous y avons vu des jeunes qui s’amusaient.

Un peu de naïveté ne peut que faire plaisir quand on est au chômage !

M.L.45 et Curtiss

Ressenti après une sortie au salon du livre écrit par les jeunes

Un des stands du Salon. Source : www.larep.fr

Un des stands du Salon. Source : http://www.larep.fr

Arrivés vers 15h le jeudi 6.
Quand on arrive Camille (administratrice de CentrOjeunes) leur fait une petite présentations du blog et demande si possible un guide.
Nous entrons alors dans une salle pas très grande il y a dedans une dizaine de stands.
Après les stands il y a des jeunes d’un collège qui fond des pièces de théatre d’environ 3min, il y a peut etre eu une quinzaine de « sketch ».
Les pièce ont été intéréssantes malgré le fait que beaucoup de leurs pièces, environs les trois quarts, ont été jouées par les mêmes personnes.
Après cela nous regardons les stands présents où nous lisons des poemes et des écrits personels.
Il y avait bien entendu des livres a vendre, avec une particularité : ils ont été écrit par des jeunes sur beaucoup de thèmes.

Le fait est que que je trouve cela bien que la jeunesse puisse écrire, proposer des idées, donner son ressenti, peut-etre aussi sa vision personnelle ou intime et se mette à la lecture. Ensuite j’ai trouvé qu’il n’y avait pas beaucoup de monde venu (bon c’est vrai c’est en semaine) mais par contre des scolaires, oui.

Sam Spade

EVENEMENT 2000 Emplois 2000 Sourires

L’événement 2000 Emplois 2000 Sourires qui a eu lieu le 14 mars 2013 au zénith d’Orléans, avait pour objectif de faciliter le contact entre les jeunes de 16 à 25 ans et les employeurs provenant de la région centre

Le principal enjeu de ce salon était de proposer des emplois, des stages et des contrats d’alternance à tous les profils de jeunes diplômé ou sans diplôme en réunissant un très grand nombre de corps de métiers. Plus de 2500 emplois y été proposé, dans le secteur tertiaire (commerciale, comptable,  chargé d’accueil en banque, téléconseiller, etc…), dans le secteur de la vente (vendeur spécialisé, conseiller vendeur, vendeur en poissonnerie, boulanger, etc…), dans le secteur industriel (technicien de maintenance, conducteur de ligne, ingénieurs, opérateur fabrication, etc…), ainsi que dans les secteurs de la restauration, du bâtiment, et de l’agriculture. Des organismes de formations étaient aussi présents : L’Aftec, l’université d’Orléans,

Le second enjeu était de proposer aux jeunes en difficultés dans leur orientation ou dans leur manière de valoriser leur profils, des ateliers organisés par le Pôle-Emploi, la Mission Locale, et différentes entreprises partenaires. Des conseillers Pôle-Emploi étaient présents sur le stand « Améliore ton CV », des maquilleurs de Sephora aidaient les jeunes à valoriser leur apparence sur le stand « Soigne ton look », etc…. Il y avait aussi un atelier « Speak talk », où des représentants d’entreprises venaient présenter leurs réussites et l’esprit d’entreprendre. 

Enfin, le troisième enjeu fut de lier le « sourire » à « l’emploi », en organisant un salon ludique. Pour la première fois la pré-inscription des jeunes s’est déroulée sur la page Facebook « 2000 Emplois 2000 Sourires », avec la possibilité pour les jeunes de déposer leurs CV, et aussi de participer à un jeu concours permettant de gagner des lots tous les jours. Le jour-j, il y avait aussi des activités ludiques organisées par les partenaires de l’événement, par exemple le Crédit Mutuel a organisé un concert, un jeu de tir au panier de basket, ainsi qu’une rencontre avec les joueurs de l’Entente Orléanaise. 

En tant qu’orienteur le jour du salon, j’ai trouvé l’initiative très intéressante, en général les sourires des jeunes étaient au rendez-vous. Les entreprises présentes dans les stands ont réellement proposé des emplois, et ont organisé de véritables entretiens avec les jeunes. Même si certaines personnes pourront penser que l’événement était politisé, car Mr François Bonneau président de la Région Centre était partenaire de l’événement. Il faut retenir que l’événement aura certainement provoqué un déclic du côté des jeunes car cela insuffle un peu plus de confiance en eux pour intégrer le milieu professionnel. Du coté des employeurs de par leurs contact direct avec la jeunesse de la région sont surement passé outre les stéréotypes du «  jeune fainéant ».

M.L.45

Atelier d’écriture : Allitération en T, Lettre de papa

Le 6 mars a eu lieu un atelier d’écriture auquel ont participé des jeunes déjà rédacteurs du blog. Le but de cet atelier était d’inviter les jeunes à rédiger un texte en jouant avec les mots et d’utiliser pour cela de nouvelles méthodes. Les techniques utilisées étaient celles de l’assonance (répétition d’une ou plusieurs voyelles) et de l’allitération (répétition d’une consonne).
Voici un des resultats de cet exercice : une allitération en T sous la forme d’une lettre d’un père à son fils (les noms et adresses sont fictifs).

 

Thierry Tartelin
33, Avenue Tiretoit
M4C 1T8 Toronto
                                                                                                          Thomas Tartelin
                                                                                                          384, rue Tatord
                                                                                                          34384 Tulle

Fiston,

Je t’envoie cette lettre depuis Toronto, tu le sais ici le temps est souvent triste, mais ne t’inquiète pas, maintenant je suis habitué. J’espère que la lettre te parviendra demain matin et que le facteur de la poste ne tardera pas. Je te transmets à travers cette envoie les avertissements pour ton séjour chez ton tonton et ta tante. Ton tonton t’a dit d’attendre tranquillement le train de ta tata. Tant que tu ne vois pas ta tante ne t’en va pas de ton trottoir ou il sera trop tard. Tata t’embrassera tendrement car elle t’attend depuis trois ans. Ne t’en fait pas si elle de te lâche pas car elle veut être près de toi. Tu iras avec ta tante chez ton tonton pour faire une tartiflette et une tartelette. Et, attention à toi si tu ne l’écoute pas, tonton sera là pour te taper sur les doigts. Ne t’arrête pas de te tenir droit, tonton restera toujours derrière toi, à la moindre tuile il t’aplatira. Tiens-toi tranquille et ne lutte pas, sinon ta tante m’avertira et tu retourneras sous notre toit.

J’attends vite ton retour.

Eclate-toi, ton papa qui t’aime tendrement.    

Thierry Tartelin

M.L.45

Ca n’est pas toujours qu’une fiction

Suite au premier article en rapport avec la Journée internationnale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, puis à la participation de sept des jeunes de CentrOjeunes à la conférence qui s’est déroulée le Vendredi 23 Novembre à l’auditorium de la médiathèque d’Orléans, cet article a été écrit, sous forme de fiction pour continuer le travail et la sensibilisation de la violence faite aux femmes, ici…et ailleurs.

Dans la journée, c’est un couple, Nathalie et Pascal, qui montre aux autres qu’ils sont heureux. Ils se comprennent sans se parler, juste en se regardant, ils plaisantent ensemble, ils ont du plaisir à être ensemble. Pascal offre des cadeaux à Nathalie, il lui dit qu’il l’aime.

Mais Pascal est un mi-démon mi-ange avec Nathalie.

Le soir, quand les volets sont fermés, qu’ils ne sont que tous les deux, Pascal devient un véritable démon avec Nathalie.

Il la bat, l’insulte, la traite comme son esclave, la terrorise et elle est obligée de faire tout ce qu’il lui demande sinon ce sera pire encore.

Mais ça, personne ne le sait, ou plutôt…personne n’ose vraiment se l’avouer, ni la famille de Nathalie, ni ses amis. Ceux qui le soupçonnent font mine d’être convaincus quand Nathalie leur dit qu’ils se font des idées, que Pascal ne lui ferai jamais ça.

…Pourtant, le jour où les coups de Pascal furent fatals à Nathalie, tout le monde s’en voulu, car au fond ils savaient! Ils savaient mais n’ont pas insisté pour la convaincre de porter plainte et de partir avant qu’il ne soit trop tard.

 

Est-ce que ça vous choque de lire cette histoire ?

Et pourtant, la violence au sein d’un couple existe vraiment et il faut en parler !!

 

La violence faite aux femmes est ailleurs mais aussi ici, parfois sous nos yeux, elle n’a ni culture, ni pays d’origine.

Sachez que dans la législation française, dans le cas de violences conjugales, c’est à l’auteur des violences et non plus à la victime de quitter le logement dès lors  qu’une plainte a été déposée.

 

NM; M.C

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Suite à l’assassinat des trois sœurs MIRABAL le 25 novembre 1960, la République Dominicaine, proposa cette journée comme journée de lutte contre la violence faite aux femmes.

C’est le 17 décembre 1999 que l’assemblée générale de l’organisation des Nations Unies a proclamé le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Son but est de sensibiliser les gens du monde entier sur les violences faites aux femmes.
Ces violences peuvent être verbales, physiques ou morales.

De nature, l’être humain n’est pas violent. Tout dépend de son entourage, de ce qu’il regarde et de son éducation. A ce jour en France, tous les trois jours une femme meurt sous les coups de son compagnon. La femme est victime de préjugés, de discriminations, d’agressions sexuelles dans le milieu scolaire et professionnel.

Comment lutter?

Pour diminuer cette violence, on peut sensibiliser par des réunions entre adultes et parents/enfants, ainsi que par des témoignages. On peut proposer aussi des ateliers pédagogiques aux enfants et aux adolescents dans le milieu scolaire afin de développer des points de respect, partage, altruisme, amour … .

Besoin d’aides, de conseils?

En France, et notamment à Orléans, il existe de nombreuses structures d’aide et d’information aux femmes victimes de violence comme :
Le CIDFF (Centre d’Information et de Documentation des Femmes et des Familles), association qui fait valoir les droits des femmes, http://www.infofemmes.com/v2/accueil.html

ainsi que la Maison de Justice et du Droit http://vosdroits.service-public.fr/F1847.xhtml, l’AVEM (association d’Aide aux Victimes Et Médiation rattachée à l’Institut National d’Aide aux Victimes et Médiation), qui apporte un soutien juridique et psychologique, un accompagnement, une écoute et des conseils pour les victimes d’infractions pénales(agression, coups et blessures, injures, vol…)http://www.inavem.org/.

Pour un soutien psychologique, il y a : le LAE (Lieu d’Accueil et d’Ecoute du Loiret)http://www.aidaphi.asso.fr/index.php/etablissements-a-services/51-cohesion-sociale/234-lieu-daccueil-et-decoute.html, le Mouvement National du Planing Familial pourra vous informer sur le droit des femmeshttp://www.planning45.org/dotclear/index.php?horaires.
Le 3919 est le numéro d’écoute national, gratuit et anonyme destiné aux femmes victimes de violence ainsi qu’à leur entourage et aux professionnels.
Vous pouvez également consulter le site gouvernemental « Mettons fin au cycle de la violence« , mis en place par le Ministère des droits des femmes: http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/ sur lequel vous trouverez des témoignages, les recours et les associations vers qui vous adresser selon votre situation.

Journée internationale! Un soutien orléanais.

La  violence à l’égard des femmes et des filles, qui se manifeste sous de multiples formes, est très répandue dans le monde. En cette journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, j’invite les gouvernements et les organismes partenaires du monde entier à mobiliser les énergies, les idées et l’esprit d’initiative des jeunes afin qu’ils nous aident à mettre un terme à la pandémie de violence. Alors seulement, nous pourrons vivre dans un monde plus juste, plus pacifique et plus équitable. »
M. Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’ONU, 25 Novembre 2011.« 

Pour soutenir cette journée, la Mission Locale de l’Orléanais organise une conférence afin de sensibiliser la population sur les violences faites aux femmes, à l’auditorium de la Médiathèque.

Au programme de ce Vendredi 23 Novembre 2012: la diffusion du film « Les femmes du bus 678 », l’intervention du CIDFF, du Mouvement français pour le planning familial et le témoignage de conseillers en insertion socio-professionnelle.

LeLion; NM; Hb; Ludy; Dani; CH45; La voix autorisée; Rifaine 45 ont participé au groupe de réflexion, d’échange ayant donné lieu à la réalisation de cet écrit.